Grimper tout là-haut retrouver Thomas Jullien, à Suzette, sur son Domaine, c’est une quête qui commence par la route. Sinueuse, tortueuse, offrant un paysage à couper le souffle, on se dit qu’on arrive un peu « en terre inconnue », à l’aventure et que ça risque d’être chouette… très chouette!

Perché à 200 mètres d’altitude face aux vignes, la Ferme Saint Martin est un Domaine à part. La famille Jullien y est installée depuis 1964. En 1998, ils passent en bio et depuis c’est la nature qui est à l’honneur dans les bouteilles. Beaumes-de-Venise, Ventoux, Côtes-du-rhône, le Domaine possède des vignes sur les trois appellations, 25 hectares en tout.

sam_5552

Thomas, 33 ans, »l’héritier », vinifie sans soufre depuis 2006. Zéro ajouts, zéro levures, zéro filtration. Pour lui, le vin, nature ou pas, doit être bon dés l’ouverture. Pas d’histoire de secouage, de carafage pendant des heures pour que ça goûte. Une vision extrêmement rigoureuse et franche et il a raison.

Idem pour le débat sur la « garde » des vins nature. On garde le vin à température de conservation entre 12 et 17 degrés. Bien sûr si on lui fait subir des changements de températures stratosphériques il ne va pas apprécier. Mais bien sûr que le vin nature se garde… « Dans le conventionnel, le soufre part au bout de 6, 7 ans même en grande quantité… donc arrêtons avec le So2, les grands vins de garde aussi se retrouvent un peu à poil au bout de quelques années et c’est plus l’alcool, l’acidité ou les tanins qui conservent que le reste »…  CQFD.

Ahhhhhhh des discours et des vignerons comme on les aime. Mais ce discours c’est évidemment pas pour me faire plaisir, c’est bien sûr un état d’esprit… celui qui gronde depuis des années maintenant et qui est presque à la mode depuis peu. Un vigneron barbu, bourru, taiseux mais pas trop, en colère contre les pesticides et industriels du pinard. Mais si tu grattes un peu… là sous le vernis… c’est un gentil qui te veux que du bien.

Au chai, il bichonne ses cuves béton avec Radio Classique. Rigolo et relaxant, on goûte sur fond de Chopin le futur joli jus de l’année prochaine, charmante expérience. Il est quasi seul on peut le dire dans son coin à produire du nature. A la cuve ça goûte déjà bien! les jus finis de fermenter sont prometteurs. Beaucoup de finesse et d’élégance sur ce terroir si puissant. De la structure partout, des vins qui se tiennent droit comme des i, plein de charme.

sam_5554

En bouteille, même constat. L’équilibre est là et la complexité aussi. « Le Blanc » 2015 vinifié en macération comme un rouge est étonnant. 50% roussanne, 50 % clairette. De la rondeur, du fruit, une belle fraîcheur et cet éclair salin/agrumes qui fait frétiller les papilles en milieu de bouche, étonnant.

Terres Jaunes de Beaumes-de-Venise, 2015, 80% de grenache et 20% de syrah. Le fruit et le côté gourmand du grenache, la violette de la syrah, beaucoup de finesse et de la longueur en bouche… Un bien joli canon!

Thomas est inspirant et inspiré. Des autres mais aussi de lui même. « S’écouter, réfléchir, goûter seul dans son chai » une bien jolie philosophie pour ce passionné qui ne compte plus ses heures passées dans les vignes ou à la cave.

Plus besoin de dire que la jeune génération actuelle de vignerons français redonne au vin une vie incroyable. Curieux, chercheurs, testeurs, entreprenants,déjantés,visionnaires, ils et elles se lancent des défis incroyables dans l’intimité de leurs caves et donnent à goûter des vins merveilleux. Un peu d’eux, de leur vie, de qui ils sont, pour faire plaisir et rendre les gens heureux. 

Plus que jamais suivons-les, ils nous le rendent si bien.

Pour vous rendre à Suzette visiter le Domaine de la Ferme Saint-Martin, dormir dans leurs chambres d’hôtes, vous promener dans les vignes et acheter du vin, c’est ici:

http://www.fermesaintmartin.com/