• LE VIN, LA TRADITION AVANT TOUT.

Difficile de passer à côté, lorsque l’on parle de vin, surtout en France, on pense vieux Domaine viticole en pierre, cave voûtée, vignobles à perte de vue dans le Bordelais, Bouteille de Pétrus pleine de poussière qu’on rêve de boire, Louis-Pierre de La Chevalière, arrière petit-fils d’une grande maison de Champagne qui vous fait visiter le Chai du Domaine… Bref, on pense tradition et on a raison.

De mémoire de vigneron, le vin a commencé à envahir les tables des bons vivants à l’époque Romaine. Une histoire ancestrale qui s’est passée de siècle en siècle et de Louis-Pierre en Louis-Pierre.

Même si les techniques de vinifications et d’élevage évoluent, macération carbonique, grappes entières, gravité, élevage en foudre, en cuve béton, inox, bois, amphore etc, l’histoire demeure et les amateurs de vins sont toujours plus nombreux à s’y intéresser (surtout les étrangers).

  • QUAND LE HIGH TECH S’EN MÊLE

Mais quid de la nouveauté? de la révolution 2.0 dans le milieu du vin? Elle est en marche bien sûr, depuis quelques années, 2017 lui ouvre d’ailleurs de nouvelles perspectives.

A l’heure de l’immense Salon High Tech à Las Vegas, le « Consumer Electronics Shows » a accueilli les projets high tech les plus fous mais aussi ceux qui révolutionneront le quotidien de demain.

Les Français ont d’ailleurs la côte car depuis 4 ans ils remportent des prix d’innovation dans le milieu du vin comme le Coravin ou la D-vine. Késako?

Le Coravin, crée par l’Américain Greg Lambrecht, c’est ce pistolet un peu étrange. Équipé d’une aiguille, il transperce le bouchon et vous permet de servir l’équivalent d’un verre sans ouvrir la bouteille.

L’intérêt: si vous possédez des bouteilles de grands crus que vous souhaitez déguster sans ouvrir la bouteille entièrement, déguster du vin au verre et pouvoir multiplier les bouteilles ou couleurs au cours d’un repas etc. Une petite révolution dans le monde du vin qui a séduit de nombreux amateurs déjà dont les français qui ont acheté les droits d’exploitation.

Autre innovation made in France: la D-vine, inventée par la jeune société nataise 10-vins. Cette machine c’est un peu le « Nespresso » du vin. Fini la multiplication des bouteilles à table ou l’obligation pour tous les invités de boire la même bouteille… D-Vine propose avec ces fioles de grands vins une dégustation au verre.

Insérer la fiole dans la machine telle votre capsule de Voluto et D-vine aère votre vin et le sert à température idéale. Un service de sommelerie à domicile en quelque sorte. Le concept cartonne, oréolé du prix de Meilleure Start-up lors du dernier CES à Vegas, la société prospère et emploie plus de 17 personnes aujourd’hui.

  • ET POUR LES PLUS MORDUS…

Bien sûr la technologie pousse les limites toujours plus loin et c’est aussi à la vigne que les nouvelles technologies font leur entrée.

Le drône et les images satellites.

Observer ses parcelles depuis le ciel pour mieux les comprendre? c’est le but d’Oenoview. Cette technique de photographie par satellite permet au viticulteur grâce à différentes couleurs d’oberver la maturité de ses raisins. Une manière différente pour le vigneron de détecter les besoin d’engrais pour soigner les maladies de la vigne.

Ceci n’est pas un aspirateur. Multiplex, c’est le pistolet qui contrôle la maturité des raisins.

 

Braqué sur les fruits, le pistolet détecte le taux de phénols dans le vin en mesurant la fluorescence des raisins. Plus ce taux est élevé, plus les baies sont mûres. Le vigneron sait alors à quel moment vendanger sans risquer d’intégrer des baies encore vertes qui apporteraient trop d’acidité au vin. Le pistolet permet aussi de repérer les vignes les moins vigoureuses et ainsi de mieux répartir les doses d’engrais qu’il utilise. Un procédé couteux dédié surtout aux grands domaines, sachant qu’il reste aussi la dégustation des baies et le contrôle en labo pour vérifier la maturité des raisins.

Et enfin, le plus improbable! Vitirover.

Vitirover, s’attaque aux mauvaises herbes entre les rangées. Guidé à distance via un smartphone, ce petit robot se glisse au pied des vignes pour désherber. Le concept séduit : il a d’ailleurs remporté le prix spécial du jury au dernier Grand Prix de l’Innovation. Commercialisé d’ici la fin de l’année, Vitirover compte déjà une cinquantaine de précommande.

Bon,bon, bon que penser de ces nouvelles technologies? Difficile d’être totalement séduit ou dégoûté… il semble clair que le milieu du vin soit lui aussi aujourd’hui confronté et absorbé par des starts-up pleines d’idées « innovantes ». Cela aide t-il vraiment le vigneron? le vin au verre aéré par la machine est-il vraiment meilleur? Chacun se fera son avis mais il est certain que les amoureux du vin ne renieront jamais leur tire-bouchon et les vignerons leur sécateur.. enfin certains d’entre eux tout du moins…